Le temple Chin Swee (sur la route de Genting Highlands)

Le temple Chin Swee fait l’objet d’une halte intéressante sur la route qui monte jusqu’à Genting Highlands.

Niché au creux d’un virage, ce temple bouddhiste se révèle à nous de façon totalement fortuite, alors que nous nous arrêtons pour profiter de la vue.

L’air est frais et vif. Il doit faire autour de 20°C au lieu des 30°C de Kuala Lumpur. Presque trop frais pour moi. Je profite des derniers rayons de soleil qui baignent la vallée en contrebas pour prendre quelques photos, tandis qu’au loin de menaçants nuages se rapprochent à grande vitesse. A cette hauteur, le mouvement est bien visible à l’œil nu.

_MG_7532 _MG_7530

_MG_7534_MG_7533

Attirés par les fresques qui ornent l’entrée du temple, nous nous hasardons à l’intérieur. C’est en suivant les panneaux de direction indiquant « Buddha », que nous nous retrouvons – après avoir emprunté un ascenseur – sur une immense terrasse bardée d’un bouddha gigantesque.

_MG_7535

Tout heureux de se dégourdir les jambes, les enfants nous entraînent sur un chemin goudronné qui monte le long d’une colline. Je ne tarde pas à comprendre que les sculptures colorées qui bordent le sentier représentent les tortures de l’enfer bouddhiste.

Une balade éducative un peu gore pour des enfants de 18 mois et 4 ans…

_MG_7546

Apparemment les auteurs du site Internet de la Chin Swee Caves Temple Building Society pensent autrement, puisqu’il présente cette « attraction » comme particulièrement intéressante pour des enfants[1].

Au fur et à mesure que nous montons, les tortures sont de plus en plus atroces. Heureusement les enfants ont décroché…

_MG_7554

En réalité, la promenade illustre « le Voyage vers l’Illumination » (Journey to Enlightenment) comme l’informe un écriteau placé en hauteur à l’entrée du chemin et sous lequel je suis passée sans le voir.

Selon la pensée bouddhiste, tous les êtres vivants sont emprisonnés dans un cycle sans fin de naissance, de mort et de renaissance dans l’un des six royaumes d’existence : ceux des êtres en enfer, des esprits affamés, des animaux, des humains, des titans (ou anti-dieux) et enfin des dieux.

Selon l’ampleur ou le manque de pureté pendant une existence précédente, autrement dit en résultat de leur karma (terme sanskrit signifiant « acte », « action »), les êtres vivants se réincarnent dans un royaume particulier, supérieur ou inférieur. A chaque fois, c’est aux Enfers que se décide leur sort.

Selon la représentation bouddhiste des Enfers, il existe dix-huit enfers, qui dépendent de dix tribunaux – ou chambres des Enfers – présidés par des rois.

Le voyage du mort débute par la traversée du Pont-sans-retour. Ensuite, il est conduit au premier tribunal (First Hell Chamber). Le roi Chin-Kwong-Wang qui le préside examine alors les actes de la vie passée du mort. Les méritants sont emmenés directement au dernier et dixième tribunal, dont le roi décide sous quelle forme et dans lequel des six royaumes d’existence ils renaîtront, et leur fait boire le bouillon de l’oubli, qui efface le souvenir des vies antérieures. Les criminels sont envoyés selon le type de péché vers le tribunal adéquat[2].

Les rois des enfers sont assistés par un personnel de démons souvent – et ici – représentés avec une face animale. Chargés de capturer et de tourmenter les damnés, ils sont eux-mêmes des créatures ayant mal tournées ; leur fonction est ainsi une sorte de punition.

_MG_7559

Il n’existe qu’un moyen et un seul de briser le cycle sans fin de la réincarnation, appelé aussi d’ailleurs le cycle de la souffrance : s’éveiller à l’illumination. L’être vivant qui parvient à atteindre l’illumination ne passe pas par les Enfers et se réincarne directement dans le royaume céleste de Brahmā (Heavenly Realm), appelé également Terre Pure de l’Ouest de grande Félicité (the Western Pureland of Great Bliss).

C’est sur cette représentation et sur une belle vue du temple que se termine cette étonnante balade.

_MG_7562

Mon avis :

Si vous vous rendez à Genting Highlands, n’hésitez-pas à faire une étape au temple de Chin Swee. L’endroit offre une belle vue sur la forêt, un climat qui peut être agréable s’il ne dégénère pas en mauvais temps et une visite culturelle intéressante. Toutefois, mieux vaut s’être renseigné au préalable sur le bouddhisme – notamment celui pratiqué en Malaisie – au risque de se sentir perdu…


[1] http://www.csc.org.my/en/attractions05.htm: “Of particular interest to visitors, especially children, may be the depiction of ten Chambers of Hell.”
[2] Pour un détail de cette classification (exemple : les personnes accusées de crimes d’enlèvement, d’occupation illégale de logement ou de dommages corporels sont envoyés dans la deuxième chambre), je vous invite à consulter la page consacrée au « voyage vers l’illumination » sur le site Internet de la Chin Swee Caves Temple Building Society :  http://www.csc.org.my/en/attractions05.htm.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *