Un pélerin dans un temple à Lalibela

Une semaine à Lalibela : entre détente et mysticisme

Nous étions bien ambitieux lorsque nous pensions pouvoir faire avec nos enfants plus ou moins le circuit touristique classique du Nord éthiopien, couramment appelé la « route historique ». Partis pour un mois dans le Nord, nous n’y sommes finalement restés qu’une semaine, et uniquement à Lalibela.
Nous avons vite compris que visiter des lieux de culte avec des enfants de deux et quatre ans n’était pas une bonne idée. Or l’intérêt du Nord éthiopien réside précisément dans ses myriades de sanctuaires, églises et monastères datant de différentes époques et éparpillés à et entre Lalibela, Axoum, Gondar et Bahar Dar. Sans oublier les châteaux et autres monuments historiques. D’ailleurs, enfants ou pas, je ne suis pas certaine de tenir quinze jours à visiter des monuments historiques et surtout des églises… quant à Alex n’en parlons pas.

Le second intérêt – et non des moindres – de l’Ethiopie du Nord, ce sont ses paysages grandioses qui appellent au trekking. Non seulement dans le fameux parc du Simien, mais également dans les régions de Lalibela et du Tigré, où certaines églises ne se laissent visiter qu’au prix de vrais efforts physiques. Inutile de dire que nous avons d’entrée de jeu enterré l’idée de randonner avec Nolan et Timéo, trop lourds pour être portés et trop jeunes (et faignants il faut l’avouer) pour être capables de marcher plus de quinze minutes sans rechigner.

Sans compter qu’il est difficile et très fatigant de se déplacer en Ethiopie, à moins de voyager uniquement par avion, ce qui revient cher, malgré les réductions offertes par Ethiopian Airlines aux touristes arrivés sur le territoire éthiopien à bord d’un de leurs avions.

Qui veut voyager avec ses enfants – quel que soit leur âge – doit accepter de prendre en compte leurs intérêts. La vie des nôtres tourne autour des sucreries et en particulier des sucettes, des animaux, des camions, des bâtons, du jeu notamment dans le sable ou dans l’eau, et des autres enfants.
Voilà donc comment nous avons décidés d’écourter notre séjour en Ethiopie et plutôt que d’aller nous poser sur les bords du lac Tana comme nous avions pensé initialement, nous avons décidé de nous envoler vers le Kenya pour profiter de ses belles plages et de ses parcs.

En attendant, nous nous sommes bien reposés à Lalibela et avons préparé la suite de notre voyage. En une semaine, nous n’avons pas fait plus que ce que certains touristes font en une journée : visiter les douze églises, profiter des panoramas inégalables et faire un tour au marché. Nous avons juste pris notre temps. En outre, Alex et moi nous nous sommes relayés pour garder les enfants, ce qui nous a permis de visiter les églises tranquillement. Je n’avais alors jamais été témoin d’un tel mysticisme. A la ferveur criante des fidèles s’ajoute une architecture étonnante qui concourt à faire de la visite des églises de Lalibela une expérience véritablement atypique (pour peu qu’on le fasse sans guide comme ce fut le cas pour moi). Je vous promets un récit de ma visite très prochainement. Un site aussi fascinant mérite que je m’y attarde, et que je m’applique. Mais ce petit avant-propos me permet de calmer ma conscience de blogueuse un peu chatouillée de ne pas réussir à trouver suffisamment de temps pour rattraper le retard accumulé… Voici toujours trois photos qui symbolisent bien notre semaine à Lalibela.

IMG_0401 _MG_0232 _MG_0130

 

4 réponses
  1. Dad
    Dad dit :

    Frustrant tout de même de ne pas pouvoir randonner dans de si belles contrées .

     » Nolan ,frère Nolan, ne vois-tu rien venir? »

    Vous avez vraiment visité les douze églises?

    Répondre
  2. Charlotte
    Charlotte dit :

    C’est vrai que ce n’est pas facile d’aller n’importe où avec des enfants en bas âge. Un tel séjour est certainement épuisant pour eux et difficile à gérer pour les parents.

    Répondre
    • L'auteur de ce blog
      L'auteur de ce blog dit :

      En fait, voyager avec des enfants en bas âge n’est pas si contraignant que ce que l’on peut croire. Il faut voir les choses différemment. On voyage autrement voilà tout. Il y a des avantages et des inconvénients, comme pour tout. Il est certain qu’avant de devenir parents, mon mari et moi voyagions tout à fait autrement. Beaucoup plus en mode aventure. Nous dormions là où le vent nous menait, tantôt à la belle étoile sur la plage, tantôt dans un abri de fortune, tantôt dans un hôtel mal famé, tantôt chez l’habitant… avec des enfants, la prudence est de mise. Nous choisissons plus scrupuleusement nos hébergements, nous prenons moins de risque. Nous aimons toujours autant dormir chez l’habitant, mais à quatre ce n’est plus aussi facile de débarquer chez les gens qu’à deux !!! Et effectivement, quand les enfants sont encore en âge de faire la sieste, le choix de l’hébergement est encore plus important. Les sorties sont fatigantes et tout le monde a besoin de se reposer. La chambre d’hôtel devient alors un refuge, et nous faisons des aller venues entre l’extérieur et l’hôtel. Ce n’est pas comme quand nous voyagions à deux et que nous délaissions notre hôtel (ou autre) pour la journée entière ! Mais les parents doivent profiter de ce moment pour se reposer, prendre du temps pour eux, lire, ou bien écrire leurs articles de blog !!!

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *